Evénements du 19 février 2020

  • Récit de vie

    06.02.2020  >  02.04.2020

    • Cours, Stages et Ateliers
    Ni thérapie, ni tout à fait atelier d’écriture créative, le récit de vie est utilisé pour (re)travailler sa vie en se racontant.

    Lire la suite

    Ni thérapie, ni tout à fait atelier d’écriture créative, le récit de vie est utilisé pour (re)travailler sa vie en se racontant. L’écriture réflexive, ou écriture de soi, se fait par fragments, comme autant d’instantanés. Elle nous relie à notre histoire et nous permet d’en dégager les nœuds, les blocages, les répétitions, mais aussi les ressources, les valeurs, l’énergie. Le récit de vie ne change pas le passé, il nous permet par contre de renouveler le rapport que l’on entretient avec lui. Afin de pouvoir préparer l’atelier au mieux, merci de bien vouloir nous faire parvenir une courte présentation personnelle ainsi que vos motivations à l’adresse suivante : m.ferrier@lamaisondulivre.be. Une fois celle-ci reçue, elle sera transmise à l’animatrice et nous pourrons procéder ensuite à votre inscription. 8 jeudis de 18h à 20h30 du 6 février au 2 avril 2020 Il est requis d'assister à cet atelier dès la première séance et il n'est pas possible de rejoindre l'atelier en cours.
    Lieu
    La Maison du Livre
    Rue de Rome, 24 28
    1060 Saint-Gilles
    Tél : +32 2 543 12 20
    info@lamaisondulivre.be
    http://www.lamaisondulivre.be
  • Les trois Mousquetaires

    06.02.2020  >  29.02.2020

    • Théâtre
    Parodie pour marionnettes, en bruxellois français.

    Lire la suite

    C’est en collaboration avec Auguste Maquet qu’Alexandre Dumas écrit "Les Trois Mousquetaires". Ils ont pour nom Athos, Pothos et Aramis (tous ont existé mais n’étaient pas de la même génération) et sont au service de Louis XIII. Arrivé de sa Gascogne natale sur un bidet jaune de robe, avec une lettre de recommandation de son gentilhomme de père pour M. de Tréville, capitaine des gardes, à Paris, d’Artagnan doit gagner sa belle casaque de mousquetaires. Il commencera par se battre en duel avec ceux qui deviendront ses inséparables amis. L’amour que d’Artagnan porte à Constance Bonacieux (Constanske chez Toone), fidèle femme de chambre d’Anne d’Autriche, le lance dans l’aventure dite des "Ferrets de la Reine" : douze ferrets de diamants, présents du roi, que la reine a offerts à Buckingham. A l’instigation du cardinal de Richelieu qui veut perdre la reine, Louis XIII somme son épouse de les porter au prochain bal de la cour. Ces ferrets sont en réalité des bouts métalliques qui terminent des rubans. Dans le cas de la reine de France, ces ferrets sont ornés de diamants. Pour les commodités de la scène et aussi par confusion de récits, ces ferrets se transforment chez les Toone du passé en collier de la reine. Cet épisode naît probablement d’un autre roman de Dumas : "Le Collier de la Reine" qui trouve sa source dans l’Affaire du collier de 1785-1786, scandale qui éclata en France à la fin de l’Ancien Régime, à la suite d’une escroquerie montée par la comtesse de la Motte aidée de Cagliostro. Ces derniers convainquirent le cardinal de Rohan d’acheter pour la reine un collier qu’il ne put jamais rembourser. Cette affaire compromit la reine Marie-Antoinette qui était pourtant innocente. Confusion dans les récits, anachronisme font partie du quotidien des Toone. Ils ne s’embarrassent guère de détails. Comme disait Molière : "L’important, c’est de plaire !" De nos jours encore, Toone respecte les anachronismes de ses prédécesseurs.
    Lieu
    Théâtre Royal de Toone
    Rue du Marché aux Herbes - Entrée : Impasse Sainte Pétronille, 66
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 511 71 37
    Réservation : +32 2 513 54 86
    woltje@skynet.be
    http://www.toone.be
  • Mural by Laurie Charles

    07.02.2020  >  11.03.2020

    • Divers

    Lire la suite

    Tout est possible. La raconteuse Laurie Charles s'exprime par l'écrit, la peinture et la vidéo. Comme fil rouge : le folklore, l'humanité et l'Histoire combinés à une approche narrative et spéculative de la fiction. Nous aussi, à notre tour, spéculons allègrement sur cette contribution ! Laurie Charles (1987, Belgique) vit et travaille à Bruxelles. Ses oeuvres ont circulé entre autres au Grazer Kunstverein (Autriche), au CIAP Kunstverein (Hasselt), au 1646 (La Haye), au Nanjing International Art Festival (Chine), au Beursschouwburg (Bruxelles), chez Komplot (Bruxelles) et Le Commissariat (Paris). lauriecharles.net instagram
    Lieu
    Beursschouwburg
    Rue Auguste Orts, 20 28
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 550 03 50
    info@beursschouwburg.be
    http://www.beursschouwburg.be
  • Aviv Szabs - Horizontal Mattress

    07.02.2020  >  26.04.2020

    • Exposition
    Du 6 février au 26 avril 2020, le Musée Juif de Belgique présente « Horizontal Mattress », une exposition de l’artiste israélienne Aviv Szabs.

    Lire la suite

    La jeune plasticienne (1992) développe ici une création inédite, dans le contexte d’un projet initié il y a trois ans à Tel Aviv. Tout part d’une vision presque banale : un matelas jauni par le temps, abandonné dans la rue au milieu des ordures. Une image qui soudainement la bouleverse et l’interpelle. Que va devenir cet objet qui a précieusement abrité l’intimité ? C’est le début d’une enquête au cœur de la matière usée et orpheline, qu’elle questionne et réhabilite jusqu’à l’obsession. Une œuvre à mi-chemin entre installation et performance, qui nous invite à penser le matelas, élément matériel de notre quotidien, comme objet organique, porteur de mémoire et de lien.
    Lieu
    Musée Juif de Belgique
    Rue des Minimes, 21
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 512 19 63
    info@mjb-jmb.org
    http://www.mjb-jmb.org
  • À la ligne

    07.02.2020  >  23.02.2020

    • Théâtre
    Un intérimaire inventorie, jour après jour, avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps et le travail ouvrier. Grand Prix RTL/Lire 2019. Prix Régine Deforges 2019. Prix Jean Amila-Meckert 2019.

    Lire la suite

    Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves confisqués dans la répétition de rituels épuisants, la souffrance du corps. Ce qui le sauve, c’est qu’il a eu une autre vie. Il connaît les auteurs latins, il a vibré avec Dumas, il sait les poèmes d’Apollinaire et les chansons de Trenet. C’est sa victoire provisoire contre tout ce qui fait mal, tout ce qui aliène. Et, en allant à la ligne, on trouvera dans les blancs du texte la femme aimée, le bonheur dominical, le chien Pok Pok, l’odeur de la mer. Par la magie d’une écriture tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient une odyssée où Ulysse combat des carcasses de bœufs et des tonnes de bulots comme autant de cyclopes. Un récit habité, rythmé, fiévreux, offrant de rares respirations, sans ponctuation, fait de phrases courtes et de sauts à la ligne, tranchants. Joseph Ponthus a quitté la région parisienne et son job d'éducateur par amour pour sa femme qu'il est allé rejoindre en Bretagne. Ne trouvant pas de travail dans son domaine, il finit par se tourner vers les petites missions d'interim en usine/abattoirs. Et c'est tout un univers inimaginable qu'il découvre: le travail à la chaîne, les horaires décalés, les gestes mécaniques/abrutissants, le froid, le bruit, les odeurs, les blessures, le dos brisé, le corps qui lâche... Joseph Ponthus nous plonge avec intensité dans ce milieu à part, précaire et parfois révoltant à en donner la nausée. Un milieu où la solidarité entre travailleurs aide à supporter la cadence (pendant que les dirigeants sont peu présents/valorisants) et où la pause clope compte parmi les rares bouffées d'air... Une sacrée claque que ce texte humain, authentique, essentiel et indispensable tant il coupe le souffle, recadre et hante, longtemps. "En poussant mes carcasses Bien sûr que je repense à tous ces mômes vivants que j'ai accompagnés qui sont devenus adultes aujourd'hui Certains sont morts aussi Mais je suis heureux ici Avec mon épouse Plus qu'heureux Non loin de la mer Quitte à charrier des animaux morts Nous poussons nos carcasses Tout le monde ne fait au fond que de trimballer ses carcasses »
    Lieu
    Théâtre Poème
    Rue d'Ecosse, 30
    1060 Saint-Gilles
    Tél : +32 2 538 63 58
    Réservation : +32 2 538 63 58
    reservation@theatrepoeme.be
    http://www.theatrepoeme.be
  • La Ferme Rose accueille Classica

    07.02.2020  >  05.06.2020

    • Concert
    Programme éclectique qui mêle Bach, Beethoven et Astor Piazzolla

    Lire la suite

    La violoncelliste italo-américaine Natania Hoffman et la pianiste uccloise Çağıl Cansu Şanlıdağ vont nous émouvoir et éblouir avec un riche programme, assemblage de sensations, de saveurs, telle la carte d’un cuisinier raffiné suivant son seul plaisir … et celui d’auditeur. Au menu, Sonate en Ré Majeur pour viole de gambe et piano de Bach, Sonate op. 102 N° 1 en Do Majeur de Beethoven et Le Grand Tango d’Astor Piazzolla. Dès que Natania s’empare de son archet et Çağıl pose ses mains sur le clavier, il se passe quelque chose : la musique se déploie avec grâce, profondeur et une désarmante vitalité.
    Lieu
    La Ferme Rose Uccle
    Avenue De Fré, 44
    1180 Uccle
    Tél : +32 2 375 89 27
    lafermerose.asbl@gmail.com
    https://www.facebook.com/lafermeroseuccle/?fref=ts
  • INGEL VAIKLA Shapes and Distances

    08.02.2020  >  21.03.2020

    • Exposition

    Lire la suite

    In her first solo exhibition in Belgium, Ingel Vaikla conceptualises her work through the idea of the double exposure. We see archival footage of the city of Slavutych, built to house the surviving workers of the Chernobyl disaster. We see it then in 1986, the last city ever built by the Soviet Union, and we see it now, as a young city in present-day Ukraine. In this way Vaikla invites us to let these overlapped realities develop simultaneously in our minds. If we have the courage to climb through the image, through time, space and experience, then we can start to understand how subjective and collective identities are formed, and how they in turn materialise on film, in politics and in architecture. Curated by Laura Toots w/ EKKM EXPO From 8 February to 21 March 2020 Wed–Sat from 12:00-18:00 Opening Friday 7 February 2020, 19:00-22:00​​​​​​ The exhibition is supplemented by two events: SA 8.02 17:00 Walk & Talk w/ Ingel Vaikla & Laura Toots WE 18.03 20:30 EAST FROM WEST Screening programme by Ingel Vaikla w/ EKKM Tallinn Ingel Vaikla is a visual artist and filmmaker based in Belgium. In 2018–2019 Vaikla attended the postgraduate residency programme HISK in Ghent and recently started practice-based PhD studies in Audiovisual and Visual Arts at PXL-MAD, Hasselt. Vaikla’s artistic research focuses on the relationship between architecture and its users, and the representation of architecture in photography, video and film. Laura Toots is a curator and educator based in Estonia. In 2016–2019 Toots was the artistic director of the Tallinn Photomonth contemporary art biennial. Since 2017 she has been working as a curator and project manager at EKKM – Contemporary Art Museum of Estonia. EKKM is a self-established non-profit initiative, run by artists and curators, that operates from late 2006 as an ex-squat in an ancillary building of Tallinn’s former heating plant in North Tallinn. Focused on producing contemporary art exhibitions, EKKM presents four versatile projects per season. In 2011 EKKM initiated its own contemporary art prize, the Köler Prize, that is accompanied by an exhibition of the nominees.
    Lieu
    Beursschouwburg
    Rue Auguste Orts, 20 28
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 550 03 50
    info@beursschouwburg.be
    http://www.beursschouwburg.be
  • Moussem Cities film at NOVA

    08.02.2020  >  20.02.2020

    • Cinéma
    Découvrez le programme cinéma de Moussem cities Algiers in Cinéma NOVA

    Lire la suite

    De l’invasion arabo-musulmane et la colonisation turque à la guerre d’Algérie, de La Mecque des révolutionnaires à la décennie noire, d’hier à aujourd’hui, Alger se bat pour s’affranchir de tous les jougs. En quelques films phares, classiques, mythiques ou prometteurs, une histoire d’Alger en résistance.
    Lieu
    Cinema Nova
    Rue d'Arenberg, 3
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 511 24 77
    nova@nova-cinema.org
    http://www.nova-cinema.org
  • Lehman Trilogy

    11.02.2020  >  29.02.2020

    • Théâtre
    Septembre 1844, Henry Lehman, émigré juif allemand, pose le pied sur le sol américain. Septembre 2008, la banque d’investissement Lehman Brothers fait faillite, entraînant les bourses mondiales dans sa chute.

    Lire la suite

    Combien ça coûte un homme ? Combien ça lui en coûte d’être un homme dans un monde qui ne le respecte plus ? Ces questions-là, même sur les cours fluctuant de la bourse, elles n’ont pas de prix… En deux soirées ou en intégralité les samedis, venez partager un moment de théâtre enlevé, drolatique, burlesque, effarant, qui tient autant de la saga américaine que de l’énorme farce des « affreux sales et méchants » d’Ettore Scola… Lorent Wanson Prix de la Critique 2016 Espoir masculin Iacopo Bruno Mise en scène Lorent Wanson Le jeu des interprètes est époustouflant. L’ÉCHO Trio clownesque pour saga de coton, de fièvre et de feu. *** LA LIBRE Belgique Une fresque jouissive. Totale réussite **** RTBF.BE DÉBAT DU BOUT DU BAR JE 18.02 – après le spectacle Avec l’équipe du spectacle et un invité témoin. PASSez [souvent] à la Maison Des formules souples… à utiliser seul ou à plusieurs. PASS 9 À 99 : 9 places pour 99€ Carnet 3 : 3 places pour 45 € [30 ans et +] 24 € [-30 ans] Ou la formule plus classique ABONNEMENT Avant le 1er juillet : 8 > 13€/place [5 spectacles ou +] À partir du 1er juillet : 9 > 15€ [3 spectacles ou +]
    Lieu
    Rideau de Bruxelles
    Rue Goffart, 7 A
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 737 16 01
    Réservation : +32 2 737 16 00
    contact@rideaudebruxelles.be
    http://www.rideaudebruxelles.be
  • Carnage

    11.02.2020  >  22.02.2020

    • Théâtre
    "Nous sommes les enfants du vacarme" ATTENTION ! Pour des raisons artistiques absolument indispensables à ce spectacle, les acteurs et actrices fument sur scène. Il est conseillé aux spectateurs et spectatrices que cela dérange de ne pas choisir ce spectacle.

    Lire la suite

    Les raisons sont nombreuses qui amènent des jeunes à vivre en rupture avec les normes sociales dominantes. à la fois héritiers et contestataires d’un monde établi, certains d’entre eux se retrouvent dans un isolement parfois extrême. La société les qualifie de paumés, de réfractaires, marginaux, drogués, révoltés… Sur scène, six jeunes aux personnalités multiples errent dans le vide d’une zone périurbaine, quelque part, dehors Ils ressemblent à des chiens errant dans la nuit et le froid, abandonnés et frustrés, autant pétris de désillusions que débordants de rêves, de vie, de désirs et de rage. Leur état de tension proche de l’explosion, leur fébrilité, leur agitation, est comme le signe d’un ralliement. à quelques-uns ou isolément, ils sont là, réunis à la fois par un même besoin de montrer leurs crocs au monde et de crier leur désir d’exister. Ils semblent avoir trouvé un lieu d’exutoire, un endroit où survivre loin de tout jugement, mais aussi un refuge d’où percent des rayons de lumière ; une halte pour partager des moments de beauté, d’amour, d’amitié. Hélène Beutin & Clément Goethals saisissent ces destins fracassés et ces élans d’existence de jeunes qui se brûlent de trop vouloir brûler. Dans un système de plus en plus individualisé où chacun doit trouver sa place et où la plupart des jeunes ne sont plus en harmonie avec les valeurs normatives de socialisation, pourquoi ceux-là sont rejetés, ignorés, font peur ? Est-ce uniquement pour des raisons de codes et de comportements ? Carnage, c’est l’histoire d’un monde « souterrain », d’un oubli, d’un ravage ; c’est le portrait sensible de ces enfants du vacarme, tiraillés dans l’hostilité du monde entre le meilleur et le pire, entre cet irrépressible et absurde besoin de se détruire – et de détruire – pour se sentir vivant, et cet appétit dévorant de vivre.
    Lieu
    Théâtre Varia
    Rue du Sceptre, 78
    1050 Ixelles
    Tél : +32 2 640 82 58
    Réservation : +32 2 640 35 50
    reservation@varia.be
    http://www.varia.be