Evénements du 10 mai 2019

  • Silke Huysmans & Hannes Dereere Pleasant Island

    10.05.2019  >  13.05.2019

    • Spectacle

    Lire la suite

    Nauru, autrefois baptisée « Pleasant Island » par les Européens, est une petite île au milieu du Pacifique et une des plus petites Nations du monde. Consommée par la colonisation, le capitalisme, les enjeux migratoires et écologiques, son histoire est une parabole de nos sociétés contemporaines. Durant son occupation, puis après son indépendance en 1968, l’île a tiré sa richesse de l’extraction du phosphate, jusqu’à épuiser totalement ses réserves. Elle voit à ce moment le passage rapide d’une économie minière et extractive à une économie migratoire. Aujourd’hui, les Australiens financent et mènent des camps pour les migrants qui sont rejetés après avoir tenté d’atteindre leur pays : des mesures qui profitent aux habitants mais laissent les réfugiés sans perspectives. Mais qu’importe tout ça, Nauru va bientôt disparaître sous les eaux. Face à cette absence d’avenir, le travail documentaire de Silke Huysmans et Hannes Dereere vient rouvrir le dialogue. Les deux artistes mènent leurs recherches sur le terrain auprès des habitants de la ville et des camps de Nauru. Que faire devant l’inéluctable ? Quel horizon fixer, maintenant que l’utopie insulaire prend fin ? Pleasant Island réinvestit avec intelligence et sensibilité tout l’imaginaire post-apocalyptique qui entoure cette petite île, et avec elle, la fatigue de notre planète. — by: Silke Huysmans and Hannes Dereere, sound mixing: Lieven Dousselaere, thanks to: all conversation partners in Nauru, presentation: Kunstenfestivaldesarts, Beursschouwburg, production: kunstencentrum CAMPO, coproduction: Kunstenfestivaldesarts, Spring Festival Utrecht, Beursschouwburg, Kunstenwerkplaats Pianofabriek, Veem House For Performance, Theaterfestival SPIELART München, De Brakke Grond, residencies: Beursschouwburg, De Grote Post, KAAP, Kunstencentrum Buda, kunstenwerkplaats Pianofabriek, STUK, De Brakke Grond, LOD, Veem House for Performance Photo © Vlad Sokhin
    Lieu
    Beursschouwburg
    Rue Auguste Orts, 20 28
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-550.03.50
    info@beursschouwburg.be
    http://www.beursschouwburg.be
  • Penelope Sleeps - Mette Edvardsen & Matteo Fargion

    10.05.2019  >  14.05.2019

    • Spectacle
    Avec le compositeur et performeur Matteo Fargion, Mette Edvardsen s’attaque au genre de l’opéra auquel tous deux souhaitaient s’essayer depuis longtemps. La relation entre la voix et la musique, entre l’espace et l’échelle est importante, mais le duo choisit de ne pas faire de référence littérale à des images d’opéra. En lieu et place, ils préfèrent tracer les lignes qui permettent d’esquisser un horizon inconnu.

    Lire la suite

    Avec le compositeur et performeur Matteo Fargion, Mette Edvardsen s’attaque au genre de l’opéra auquel tous deux souhaitaient s’essayer depuis longtemps. Edvardsen écrit Penelope Sleeps, un texte en prose, comme un essai. Le terme italien d’opera signifie travail, œuvre. Cet essai de travail, cette tentative d’œuvre ouvre un espace qui mène les deux créateurs vers des paysages inconnus et leur permet de sonder leur propre parcours artistique. La relation entre la voix et la musique, entre l’espace et l’échelle est importante, mais le duo choisit de ne pas faire de référence littérale à des images d’opéra. En lieu et place, ils préfèrent tracer les lignes qui permettent d’esquisser un horizon inconnu. • La chorégraphe, danseuse et performeuse, Mette Edvardsen a créé au cours des dix dernières années une série de spectacles cohérents, qu’on a pu voir dans leur quasi-intégralité aux Kaaistudio’s. Elle a travaillé précédemment avec Matteo Fargion (de Jonathan Burrows et Fargion) pour Any Table Any Room et oslo (à l’affiche de Performatik17) pour lequel Fargion a composé la musique pour un chœur – ou plutôt un anti-chœur – qui était disséminé à travers le public.
    Lieu
    Kaaitheater
    square Sainctelette, 20
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-201.59.59
    Réservation : 02-201.59.59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be
  • Basir Mahmood - I watch you do

    10.05.2019  >  02.06.2019

    • Exposition
    Voir aussi: Basir Mahmood lecture - Moon-sighting (14.05 - 20:00)

    Lire la suite

    Né à Lahore, formé à la sculpture, Basir Mahmood est passé depuis quelques années à la pratique de la vidéo et des images en mouvement. Dans ses œuvres récentes, il prend souvent comme point de départ le déclin de Lollywood, l’industrie cinématographique pakistanaise qui a émergé à Lahore dans les années 30 et qui est aujourd’hui abandonnée. Mahmood se focalise, par exemple, sur les corps des figurants, ces personnes à arrière-plan qui sont payées pour remplir l’écran. Dans Good ended happily, il suit une équipe pakistanaise de cinéma pendant qu’elle filme la reconstruction de la découverte du bunker d’Osama Bin Laden immédiatement après sa mort, avec une série de figurants incarnant des corps inanimés et inertes. Le mouvement du réel et les acteurs immobiles s’entrelacent de mani.re particulière, reflétant l’atonie d’une industrie, des conditions sociales, d’un pays tout entier. À l’invitation du Kunstenfestivaldersarts et de Cinema Galeries, Basir Mahmood présente pour la première fois à Bruxelles une exposition qui soul.ve un ensemble de questions politiques. Parallèlement, Mahmood présente Moon-sighting, une lecture-performance sur l’industrie de Lollywood et la réalisation de films dans la région. Il y mêle anecdotes, projections d’extraits d’œuvres à lui et de films appartenant à l’histoire du cinéma pakistanais.
    Lieu
    Cinéma Galeries
    Galerie de la Reine, 26
    1000 Bruxelles
    Tél : +32 2 514 74 98
    http://www.galeries.be/
  • Mette Edvardsen & Matteo Fargion - Penelope Sleeps (new work)

    10.05.2019  >  14.05.2019

    • Théâtre
    This project is supported by the Friends of Kunstenfestivaldesarts: www.kfda.be/friends

    Lire la suite

    Pour sa nouvelle création, la chorégraphe norvégienne Mette Edvardsen investit de nouveau le champ de la littérature. En 2013 et 2017, elle avait déjà présenté au festival Time has fallen asleep in the afternoon sunshine : une bibliothèque de « livres vivants » mémorisés dans leur entièreté par les performeurs, et qui offrait une expérience entre l’écriture et l’écoute, l’apprentissage et l’oubli. Aujourd’hui, Mette Edvardsen et le compositeur Matteo Fargion remontent aux origines de la littérature en créant un « opéra essayiste » autour de la figure mythologique de Pénélope. Mis en texte (parlé et chanté) et en musique (harmonium et synthétiseur), Penelope Sleeps décompose le mythe de l’Odyssée et reconsidère d’une façon nouvelle les longues années qui séparent Pénélope du retour d’Ulysse. Pour Edvardsen, ce temps n’est pas une simple suspension ou le signe d’une résignation. L’attente développe une vie intérieure et une puissance susceptibles de se révéler à tout moment. Aux frontières de l’opéra et du rêve, Penelope Sleeps fait et défait les configurations attendues entre la femme, l’autre et le monde. Une performance onirique, où la beauté des eaux dormantes se révèle dans l’intimité de la nuit. Crédits Text: Mette Edvardsen Music: Matteo Fargion Performed by: Mette Edvardsen, Matteo Fargion, Angela Hicks Light & technical support: Bruno Pocheron Presentation: Kunstenfestivaldesarts, Kaaitheater Production: Mette Edvardsen / Athome, Manyone Coproduction: Kunstenfestivaldesarts, Kaaitheater (Brussels), BUDA (Kortrijk), Black Box teater (Oslo), Teaterhuset Avant Garden (Trondheim), BIT Teatergarasjen (Bergen), apap-Performing Europe 2020, a project co-founded by Creative Europe Programme of the European Union Supported by: Norsk Kulturr.d, Norwegian Artistic Research Program – Oslo National Academy of the Arts, Friends Thanks to: Embassy of Norway in Brussels
    Lieu
    Kaaitheater
    square Sainctelette, 20
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-201.59.59
    Réservation : 02-201.59.59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be
  • Marcelo Evelin - A invenção da maldade (new work)

    10.05.2019  >  13.05.2019

    • Spectacle

    Lire la suite

    Chorégraphe, chercheur et performeur brésilien, Marcelo Evelin compte parmi les figures les plus influentes de la danse contemporaine. Il revient au festival avec une nouvelle pièce créée à Teresina, sa ville natale, dans l’entrepôt qui sert aujourd’hui de lieu de travail à la compagnie. Dans cet espace, le béton et les murs bruts reflètent la violence de la vie urbaine environnante. Dedans comme dehors, les corps sont traversés quotidiennement par la précarité, les tensions politiques et l’intolérance croissante envers les minorités et les artistes du pays. C’est dans ce contexte inquiétant que Marcelo Evelin donne forme à A invenção da maldade (L’invention du mal). Avec une innocence féroce, six performeurs s’abandonnent aux forces d’un mal archaïque et primitif. Ils quittent leur intériorité, transgressent les frontières de leur propre corps et se laissent transporter par une hyper-physicalité ravageante. Pris au milieu de ce champ de bataille, le spectateur n’a d’autre choix que d’assister à la manifestation physique de ce qui demeure sinon intangible et refoulé dans l’obscurité. Avec A invenção da maldade, Evelin ranime les forces vitales de l’altérité et lance une réponse à l’appel alarmant du mal. A Bruxelles, c’est dans les espaces industriels de Kanal – Centre Pompidou qu’il fomentera cette nouvelle insurrection des corps. Crédits A piece by: Marcelo Evelin/Demolition Incorporada Concept & choreography: Marcelo Evelin Creation & dance: Bruno Moreno, Elliot Dehaspe, Maja Grzeckza, Márcio Nonato, Matteo Bifulco, Rosângela Sulidade Sound design: Sho Takiguchi Dramaturgy: Carolina Mendonça Philosophy research: Jonas Schnor Collaboration: Christine Greiner, Loes Van der Pligt Presentation: Kunstenfestivaldesarts, Kanal – Centre Pompidou Production: Demolition Incorporada (BR), Materiais Diversos (PT) Coproduction: Kunstenfestivaldesarts, Kanal – Centre Pompidou, HAU – Hebbel Am Ufer, Mousonturm, Teatro Municipal do Porto Supported by: MI ME School – Academy of Theatre and Dance (Amsterdam), Rumos Itaú Cultural 2017–2018 (Brasil), Xing/Live Arts Week (Italy) Created in residency at: CAMPO Arte Contemporânea, Teresina-Piauí-Brasil
    Lieu
    Kanal - Centre Pompidou
    Quai des Péniches
    1000 Bruxelles
    http://www.kanal.brussels
  • Building Conversation / Lotte van den Berg - Conversation without words

    10.05.2019  >  30.05.2019

    • Spectacle

    Lire la suite

    Comment communiquons-nous lorsque nous n’utilisons plus de mots ? Pour le collectif d’artistes Building Conversation, fondé par la metteuse en scène hollandaise Lotte van den Berg et l’artiste Daan ‘t Sas, le théâtre est avant tout une forme de consentement à dialoguer selon certaines règles convenues. Dans Conversation without words, quinze personnes se rendent dans un lieu inconnu et s’y installent avec pour seule règle de prendre le temps de s’engager, ensemble, dans une conversation silencieuse. Près de quatre-vingts pour cent de notre communication étant non-verbale, Conversation without words propose une rencontre sortant du cadre d’un langage prédéterminé. En émerge une rencontre originale, un moment partagé, et au-delà des mots, rassemblant des inconnus. Faire preuve d’empathie, se mettre d’accord, entrer en conflit et s’opposer – le tout sans paroles – y revêt des formes inattendues. Conversation without words se termine par un repas commun, une opportunité de conclure par une conversation, cette fois avec des mots. Crédits Conversation without words is part of Building Conversation, an ongoing project developed and executed by a growing collective of artists, activists and philosophers. Current members include: Peter Aers, Andreas Bachmair, Lotte van den Berg, Katja Dreyer, Angelika Fink, Floor van Leeuwen, Sodja Lotker, Dennis Molendijk, Jonathan Offereins, Zdravko Popovic, Daan ’t Sas, Ligia Soares, Iwona Soczewka, Marija Sujica and Justina Wielgus.
    Lieu
    Recyclart
    rue de Manchester, 13-15
    1080 Molenbeek-Saint-Jean
    Tél : +32 2 502 57 34
    info@recyclart.be
    http://www.recyclart.be
  • François Chaignaud & Marie-Pierre Brébant - Symphonia Harmoniæ Cælestium (new work)

    10.05.2019  >  19.05.2019

    • Théâtre

    Lire la suite

    Symphonia Harmoniae Caelestium Revelationum est le titre de l’œuvre musicale de Hildegard von Bingen, religieuse bénédictine du XIIe siècle qui fut aussi théologue, guérisseuse et mystique. François Chaignaud et Marie-Pierre Brébant plongent le spectateur dans cet univers grégorien à travers une séance musicale de trois heures. Le duo interprète « par cœur » l’intégralité des 69 monodies connues à ce jour dans une version pour voix et bandura, un instrument à cordes traditionnel ukrainien. Chant après chant, leurs corps deviennent des archives musicales qui éclairent autrement les origines de la culture occidentale. Les tonalités si caractéristiques de von Bingen surprennent l’oreille et résonnent comme des « anomalies » musicales. Chaignaud et Brébant font entendre ces mélodies disparues aujourd’hui des canons modernes mais qui sont en réalité au fondement de la tradition musicale européenne. Aux frontières de l’installation méditative, du concert et de la chorégraphie, Symphonia Harmoniae Caelestium Revelationum offre un espace pour contempler ce passé musical et spirituel oublié. La réunion du corps, de la voix et de la bandura fait émerger une image, une danse, une sculpture. L’ensemble culmine dans une vision extatique où le sacré renoue avec le charnel. Crédits Conception & performance: François Chaignaud et Marie-Pierre Brébant Singing & dancing: François Chaignaud Bandura & musical adaptation: Marie-Pierre Brébant Based on Hildegard von Bingen’s musical works (1098-1179) Scenography: Arthur Hoffner Light creation: Philippe Gladieux General direction: Anthony Merlaud / François Boulet Sound design: Christophe Hauser Latin prosody: Angela Cossu Production: Vlovajob Pru Coproduction: Kunstenfestivaldesarts, Bonlieu Scène Nationale (Annecy), Pact Zollverein (Essen), les Subsistances (Lyon), Centre Chorégraphique National (Caen), BIT Teatergarasjen (Bergen), Arsenal/Cité musicale (Metz), Centre national de la danse (France), Biennale of Contemporary Art (Porto), La Bâtie, Festival de Genève (Switzerland) With the support of: Villa Noailles (Hyères), Centre national de la danse (residency), La Métive (residency), FRAC Besançon (residency), French Institute and the French Embassy in Belgium, in the frame of Extra. Thanks to: Lucie Jolivet, Lyubomyr
    Lieu
    Les Brigittines
    Petite rue des Brigittines
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-213.86.10
    Réservation : 02-213.86.10
    info@brigittines.be
    http://www.brigittines.be
  • Trajal Harrell - Dancer of the Year

    10.05.2019  >  19.05.2019

    • Spectacle
    Voir aussi: Dancer of the Year: Shop (installation performative)

    Lire la suite

    Avec sa nouvelle création, Dancer of the Year, Trajal Harrell est à l’affiche du festival pour la première fois. Ces dernières années, le danseur et chorégraphe états-unien a effectué une tournée internationale avec une série de spectacles dans lesquels il faisait fusionner la danse moderne de la classe moyenne artistique blanche avec le style du voguing, surtout exercé par les communautés afro-américaines et latinos LGBTQ. Pour le festival, il présente un projet solo. Le point de départ est sa désignation en 2018 par la revue Tanz Magazine de « danseur de l’année » et les réflexions sur l’estime (de soi) que cette mention a suscitées. Le projet se compose d’une part d’un solo de danse réflexif dans lequel Harrell fixe l’attention sur l’(auto) représentation. Il met en regard sa singularité et son esthétique, avec le titre honorifique et s’interroge sur ce qu’il signifie pour la danse et ce que la danse signifie pour lui. D’autre part, l’installation performative Dancer of the Year Shop est une boutique dans laquelle Harrell met en vente des objets personnels d’une valeur inestimable tels que des biens hérités. Des questions autour de l’origine et de l’héritage, de l’estime (de soi) et de la valorisation de l’art relient le solo de danse et l’installation. Dans ce geste de mise en vente, Harrell fait référence au chorégraphe japonais Tatsumi Hijikata qui demandait à ses danseurs de travailler dans des boites de nuit pour récolter de l’argent. Shop: 10/05 – 12:00–16:00 & 21:00–22:00 11/05 – 12:00–16:00 & 22:00–00:00 12/05 – 12:00–14:00 18/05 – 12:00–16:00 19/05 – 12:00–14:00 Crédits Dancer of the Year Choreography, dance, sound and costume design: Trajal Harrell Dramaturgy: Sara Jansen Dancer of the Year Shop Performance, sound and costume design: Trajal Harrell Installation design: Trajal Harrell, Jean Stephan Kiss Presentation: Kunstenfestivaldesarts, Kanal – Centre Pompidou Coproduction: Kunstenfestivaldesarts, Kanal – Centre Pompidou, ImPulsTanz, Schauspielhaus Bochum
    Lieu
    Kanal - Centre Pompidou
    Quai des Péniches
    1000 Bruxelles
    http://www.kanal.brussels
  • Silke Huysmans & Hannes Dereere / CAMPO - Pleasant Island (new work)

    10.05.2019  >  13.05.2019

    • Théâtre
    Voir aussi: Talk - 'Nauru: a microcosm of capitalism' avec Silke Huysmansn et Hannes Dereere (11.05 - 19:30, gratuit)

    Lire la suite

    Nauru, autrefois baptisée « Pleasant Island » par les Européens, est une petite île au milieu du Pacifique et une des plus petites Nations du monde. Consommée par la colonisation, le capitalisme, les enjeux migratoires et écologiques, son histoire est une parabole de nos sociétés contemporaines. Durant son occupation, puis après son indépendance en 1968, l’île a tiré sa richesse de l’extraction du phosphate, jusqu’à épuiser totalement ses réserves. Elle voit à ce moment le passage rapide d’une économie minière et extractive à une économie migratoire. Aujourd’hui, les Australiens financent et mènent des camps pour les migrants qui sont rejetés après avoir tenté d’atteindre leur pays : des mesures qui profitent aux habitants mais laissent les réfugiés sans perspectives. Mais qu’importe tout ça, Nauru va bientôt disparaître sous les eaux. Face à cette absence d’avenir, le travail documentaire de Silke Huysmans et Hannes Dereere vient rouvrir le dialogue. Les deux artistes mènent leurs recherches sur le terrain auprès des habitants de la ville et des camps de Nauru. Que faire devant l’inéluctable ? Quel horizon fixer, maintenant que l’utopie insulaire prend fin ? Pleasant Island réinvestit avec intelligence et sensibilité tout l’imaginaire post-apocalyptique qui entoure cette petite île, et avec elle, la fatigue de notre planète. Crédits By: Silke Huysmans & Hannes Dereere Sound mixing: Lieven Dousselaere Thanks to: all conversation partners in Nauru Presentation: Kunstenfestivaldesarts, Beursschouwburg Production: kunstencentrum CAMPO Coproduction: Kunstenfestivaldesarts, Spring Festival Utrecht, Beursschouwburg, Kunstenwerkplaats Pianofabriek, Veem House For Performance, Theaterfestival SPIELART München & De Brakke Grond Residencies: Beursschouwburg, De Grote Post, KAAP, Kunstencentrum Buda, Kunstenwerkplaats Pianofabriek, STUK, De Brakke Grond, LOD & Veem House for Performance
    Lieu
    Beursschouwburg
    Rue Auguste Orts, 20 28
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-550.03.50
    info@beursschouwburg.be
    http://www.beursschouwburg.be
  • Kris Verdonck/A Two Dogs Company & ICK - SOMETHING (out of nothing) (new work)

    10.05.2019  >  23.05.2019

    • Exposition

    Lire la suite

    Theatre+Exhibition–Brussels Tickets for sale at Kanal – Centre Pompidou +performance @Kaaitheater (22th & 23th May) With a ticket for the performance you have access to the exhibition at Kanal – Centre Pompidou on the same day. Quelle place l’être humain peut-il encore s’inventer dans un monde où la catastrophe écologique et les nouvelles technologies ne cessent de le remettre fondamentalement en question ? Le nouveau spectacle de Kris Verdonck explore l’état physique et psychique de l’être humain face à son extinction prochaine. Le progrès technologique et la logique implacable du profit ont tous deux réduit l’humanité à un « produit jetable ». Prochaine étape : rendre son propre environnement de vie inhabitable. Mais que restera t-il une fois cette désertion sociale, économique et écologique définitivement accomplie ? Dans SOMETHING (out of nothing), les corps des danseurs ne sont plus que des silhouettes ou des ombres. Ils sont les fantômes enfantés par la dynamique destructive qui relie l’humain à son environnement. Dans l’espace, de grandes structures gonflables composent un paysage animé par les sons de la bruitiste et violoncelliste Leila Bordreuil et d’une batterie- robot. En parallèle à la performance, le musée Kanal – Centre Pompidou expose la série d’installations BOGUS I_III, trois variations autour d’objets performatifs qui une fois réunis forment un panorama étrange et hanté par la fin des temps. Crédits / Credits Concept: Kris Verdonck Dramaturgy: Kristof van Baarle Dancers: Mark Lorimer, Ula Sickle, Sophia Dinkel, Edward Lloyd Cello: Leila Bordreuil Costumes: Eefje Wijnings Light design: Jan Van Gijsel Set design: Kris Verdonck, Eefje Wijnings Software & electronics: Vincent Malstaf Technical coordination: Jan Van Gijsel Presentation: Kunstenfestivaldesarts, Kaaitheater, Kanal – Centre Pompidou Production: A Two Dogs Company / ICK Amsterdam With the support of: Tax Shelter of the Belgian Federal Government Coproduction: Spring Festival, Kaaitheater
    Lieu
    Kanal - Centre Pompidou
    Quai des Péniches
    1000 Bruxelles
    http://www.kanal.brussels