Evénements du 25 janvier 2019

  • Lenz (FR)

    25.01.2019

    • Théâtre

    Lire la suite

    Un homme marche dans la neige et escalade des montagnes. Il s’approche du village où habite le révérend Oberlin. Enfin, il peut parler à quelqu’un… Lenz, une nouvelle fascinante écrite par Georg Büchner, un jeune homme de vingt-deux ans, qui deviendra l’une des figures les plus légendaires de la littérature allemande. La nouvelle inachevée de Büchner décrit le déclin spirituel de l’écrivain du mouvement Sturm und Drang, Jakob Lenz, un auteur dramatique brillant déchiré par un chagrin d’amour et la paranoïa. Johan Leysen interprète un monologue puissant tout en retenue, dans une mise en scène de Jacques Osinski. Alors qu’il est seul sur scène, derrière lui sont projetées des images de nature majestueuse filmées par le vidéaste Yann Chapotel. Lenz est une histoire de mots et de folie. En France, le spectacle n’a récolté que des éloges. Au KVS, Johan Leysen ne joue pas uniquement ce monologue prégnant en français, mais aussi en version néerlandaise, dont ce sera la première.  
    Lieu
    KVS_Box
    Quai aux Pierres de Taille, 9
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-210.11.12
    Réservation : 02-210.11.12
    tickets@kvs.be
    http://www.kvs.be
  • Yamandu Costa & Hamilton de Holanda (Brésil) | Festival Chora Bruxelas

    25.01.2019

    • Concert
    Qui de mieux que ces deux très grands virtuoses brésiliens, deux maîtres des cordes en duo, pour consacrer une soirée à fêter le choro ? Hamilton de Holanda est l’un des plus grands mandolinistes du Brésil. Spécialiste de la mandoline à 10 cordes, il ne se soucie pas de savoir s’il joue du jazz, de la samba, du rock’n’roll, du lundu ou du choro… il joue, avec brio, intelligence et complicité. A ses côtés, pour partager la scène Yamandu Costa et sa guitare à 7 viendra agrémenter le set de ses spécialités du sud du Brésil et sa musicalité tendre et pleine d’âme. Car Yamandu, également compositeur et personnalité très reconnue au Brésil et à l’étranger semble réinventer la musique. Ca, Bob McFerrin, Melody Gardot, Richard Galliano, Stefano Bollani, ou Antonio Zambujo l’ont bien compris lorsqu’il leur a prêté sa douce musicalité. Originaire de Passo Fundo (Rio Grande do Sul), Yamandu Costa donne tout son sens à son prénom : « le précurseur des eaux ».

    Lire la suite

    Qui de mieux que ces deux très grands virtuoses brésiliens, deux maîtres des cordes en duo, pour consacrer une soirée à fêter le choro ? Hamilton de Holanda est l’un des plus grands mandolinistes du Brésil. Virtuose, brillant, unique, sa carrière est déjà largement récompensée par plusieurs prix. Il faut dire que ses compositions et son jeu en inspirent encore plus d’un aujourd’hui, tellement il a créé un son et un style uniques. Spécialiste de la mandoline à 10 cordes, il ne se soucie pas de savoir s’il joue du jazz, de la samba, du rock’n’roll, du lundu ou du choro… il joue, avec brio, intelligence et complicité. A ses côtés, pour partager la scène Yamandu Costa et sa guitare à 7 viendra agrémenter le set de ses spécialités du sud du Brésil et sa musicalité tendre et pleine d’âme. Car Yamandu, également compositeur et personnalité très reconnue au Brésil et à l’étranger semble réinventer la musique. Ca, Bob McFerrin, Melody Gardot, Richard Galliano, Stefano Bollani, ou Antonio Zambujo l’ont bien compris lorsqu’il leur a prêté sa douce musicalité. Originaire de Passo Fundo (Rio Grande do Sul), Yamandu Costa donne tout son sens à son prénom : « le précurseur des eaux ». Une co-production de Muziekpublique et de l’asbl Il Malandrino dans le cadre du festival Chora Bruxelas : www.chorabruxelas.be.
    Lieu
    Muziekpublique
    Galerie de la Porte de Namur, 3
    1050 Ixelles
    Tél : 02-217.26.00
    Réservation : 02-217.26.00
    info@muziekpublique.be
    http://www.muziekpublique.be
  • Suite 16

    25.01.2019  >  02.02.2019

    • Cinéma
    Un gigolo doublé d’un voleur trouve refuge dans la suite d’un hôtel où séjourne un riche infirme qui lui propose de séduire une jeune fille et de la tuer pour le plaisir du meurtre - érotisme pervers, climat malsain, le cinéaste explore sans concession le voyeurisme technologique.

    Lire la suite

    Un gigolo doublé d’un voleur trouve refuge dans la suite d’un hôtel où séjourne un riche infirme qui lui propose de séduire une jeune fille et de la tuer pour le plaisir du meurtre - érotisme pervers, climat malsain, le cinéaste explore sans concession le voyeurisme technologique. Flagey, Week van de Klank / Semaine du Son, Cinematek   € 7 > € 5,5
    Lieu
    Flagey
    Place Sainte-Croix
    1050 Ixelles
    Tél : 02-641.10.20
    Réservation : 02-641.10.20
    info@flagey.be
    http://www.flagey.be
  • Cécile Djunga "Presque célèbre"

    25.01.2019  >  27.01.2019

    • Spectacle

    Lire la suite

    Pour entrer dans la lumière elle va multiplier les tentatives : "pousser la chansonnette", vendre des bananes, narrer de grands récits historiques, participer aux castings de la Télé réalité, créer des applis originales, devenir mannequin ou footballeuse, ou les deux….. Devenir Miss Météo (euh çà c'est fait !) Pendant 1h10, Cécile Djunga nous transporte dans ses nombreux univers déjantés, un parcours de la combattante pour devenir "presque célèbre". Des personnages variés, des répliques cinglantes qui se mêlent au "capital sympathie" dégagée par cette talentueuse comédienne. Au programme : de la musique, de la danse et des vannes ! Un show drôle et rythmé que vous n'êtes pas prêt d'oublier.
    Lieu
    Maison des Cultures et de la cohésion sociale de Molenbeek (MCCS)
    Rue Mommaerts, 4
    1080 Molenbeek-Saint-Jean
    Tél : +00 32 (0)24158603
    mccs-hcss.info@molenbeek.irisnet.be
    http://www.lamaison1080hethuis.be
  • Écho société : Peine Perdue (la récidive)

    25.01.2019

    • Théâtre

    Lire la suite

    Certains n’avaient jamais fait de théâtre, d’autres y avaient déjà goûté, tous voulaient monter sur les planches. Ils vous parlent de la récidive, cet abîme que chacun longe au quotidien. Par de petites situations banales, un peu burlesques ou un peu absurdes, ils nous montrent en riant l’épée de Damoclès qui nous menace. La représentation sera suivie d’un bord de scène, de témoignages et de vos réactions.
    Lieu
    BRASS - Centre Culturel de Forest
    Avenue Van Volxem, 364
    1190 Forest
    Tél : +32 2 332 40 24
    info@lebrass.be
    http://www.lebrass.be
  • Lilian Versange s’adoucit

    25.01.2019  >  22.02.2019

    • Théâtre

    Lire la suite

    A 34 ans, soit l’âge du christ +1, Lilian Versange prend de l’avance sur la crise de la quarantaine, et du recul sur sa vie. Cette introspection le ramène dans l’innocence de l’enfance - entre ses parents et les vaches du Cantal - avant de le propulser ingénieur, où sa plus grande réalisation professionnelle fut un burn-out. Il revisite également ses relations intimes (où il a également été ingénieur, allez comprendre) et son métier d’humoriste. En particulier, il s’interroge sur sa colère, ses manifestations, ses origines et ses issues potentielles. Ce questionnement s’ouvre à cette problématique universelle dont déjà, les Grecs s’étaient emparés dans l’Antiquité : Que faire pour éviter de foutre davantage de bordel ? Lilian Versange revisite ses faiblesses avec un regard amusé, et au final, il s’adoucit.
    Lieu
    Le Petit Chapeau Rond Rouge
    Rue Père Eudore Devroye, 12
    1040 Etterbeek
    Tél : 0498-51.35.63
    info@lepetitchapeaurondrouge.be
    http://www.lepetitchapeaurondrouge.be
  • Ludwig II, le roi perché

    25.01.2019  >  26.01.2019

    • Théâtre
    Bavière, 1864. Dans une Allemagne divisée entre traditions et modernisme, Ludwig II accède au pouvoir au grand dam de sa mère. Ivre de gloire, génie passionné, admirateur des arts, celui que l'on nomma le " roi perché " laissera une empreinte indélébile de son règne.

    Lire la suite

    Bavière, 1864. Dans une Allemagne divisée entre traditions et modernisme, Ludwig II accède au pouvoir au grand dam de sa mère. Ivre de gloire, génie passionné, admirateur des arts, celui que l'on nomma le " roi perché " laissera une empreinte indélébile de son règne. Partagé entre son amour immodéré pour Wagner, sa passion pour sa cousine Elisabeth d'Autriche et ses relations interdites avec de jeunes hommes, Ludwig se battra pour graver à jamais dans l'Histoire sa grandeur et son avant-gardisme. De trahisons en mensonges, d'histoires d'amour en désillusions, cette fable théâtrale teintée de drame et de folie se propose de redécouvrir la vie de ce roi devenu légendaire. Un témoignage historique, un hymne à la tolérance et à la liberté.
    Lieu
    La Clarencière
    Rue du Belvédère, 20
    1050 Ixelles
    Tél : 02-640.46.70
    Réservation : 02/640.46.76
    fabienne.govaerts@skynet.be
    http://www.laclarenciere.be
  • Singers Night

    25.01.2019

    • Concert

    Lire la suite

    ▢ Descriptif : Un rendez-vous mensuel avec le jazz vocal : une scène ouverte où des chanteurs amateurs, étudiants ou professionnels, peuvent perfectionner leur maîtrise du chant jazz et partager avec le public des interprétations très variées du répertoire de jazz vocal. Une occasion aussi pour eux de goûter à la scène ! Ils seront accompagnés tout au long de la soirée par des musiciens professionnels. Pour les candidats chanteurs, la soirée débute à 18h par une mise au point. Plus d’infos : http://singersnight.be/ ▢ Tarifs et réservations : 6€. Nous ne prenons pas les réservations. Nous n’acceptons pas les cartes bancaires. ▢ Accès et transports : Les cyclistes peuvent laisser leur vélo sans se préoccuper, dans l'enceinte de la Jazz Station. Les bus 29 et 351 s'arrêtent à deux pas, à l'arrêt Clovis. Les bus 60 et 63 s'arrêtent à Ambiorix, cinq pas. Le 61 s'arrête à Steurs, trois pas ! Les automobilistes doivent chercher pour se garer, mais ce n'est pas difficile. Le parking le plus proche est à Madou, de là 15 min à pied.
    Lieu
    Jazz Station
    Chaussée de Louvain, 193
    1210 Saint-Josse-Ten-Noode
    Tél : 02-733.13.78
    info@jazzstation.be
    http://www.jazzstation.be/
  • On Racial Authenticity - Julian Warner

    25.01.2019

    • Conférences et congrès
    L’authenticité raciale s’appuie sur une notion essentialiste de la race et de l’ethnicité, mais décrit aussi la façon dont nous revendiquons notre statut de sujet en tant qu’identité en faisant fusionner l’autobiographie, la pratique et le corps. Dans cette discussion, l’anthropologue et artiste Julian Warner puise dans son travail ethnographique de terrain, qui porte sur l’état actuel des travailleurs noirs du secteur culturel en Allemagne, la matière qu’il aborde dans son articulation du discours raciste, de la politique progressiste, et de la marchandisation néo-libérale.

    Lire la suite

    L’authenticité raciale s’appuie sur une notion essentialiste de la race et de l’ethnicité, mais décrit aussi la façon dont nous revendiquons notre statut de sujet en tant qu’identité en faisant fusionner l’autobiographie, la pratique et le corps. C’est un moyen pour des personnes racialisées de parler en connaissance de cause d’un outil utile dans les combats progressifs contre la discrimination et l’exclusion. Dans cette discussion, l’anthropologue et artiste Julian Warner puise dans son travail ethnographique de terrain, qui porte sur l’état actuel des travailleurs noirs du secteur culturel en Allemagne, la matière qu’il aborde dans son articulation du discours raciste, de la politique progressiste, et de la marchandisation néo-libérale.
    Lieu
    Kaaistudio's
    Rue Notre-Dame du Sommeil, 81
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-201.59.59
    Réservation : 02-201.59.59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be
  • Sorrow Swag - Ligia Lewis

    25.01.2019  >  26.01.2019

    • Spectacle
    Cette première partie – en bleu – du triptyque de Ligia Lewis autour de l’affect et de l’incarnation, de la race et de la représentation, se développe entièrement par le biais du langage de la tristesse. Sur scène, elle crée de façon méticuleuse un corps hybride en état de flux constant. Vers la fin, ce corps se transforme et se réduit uniquement à une bouche et à un cri implacable. Par le biais de ce personnage instable, Lewis analyse dans cette œuvre des considérations sur la race, la paternité d’une œuvre, le genre et le deuil.

    Lire la suite

    Sorrow Swag est le premier volet du triptyque de Ligia Lewis autour de l’affect et de l’incarnation, de la race et de la représentation. Elle a conçu chaque volet autour d’une couleur qui représente un état d’âme. Cette première partie en bleu se développe entièrement par le biais du langage de la tristesse. Sur scène, Lewis crée de façon méticuleuse un corps hybride en état de flux constant. Elle a développé une pratique chorégraphique dont les lignes de force s’appuient sur les techniques de jeu de Stanislavski et des aspects du Mouvement Authentique pour parvenir à une incarnation intense. Not I de Samuel Beckett et Antigone de Jean Anouilh constituent des sources d’inspiration importantes. Vers la fin, ce corps se transforme et se réduit uniquement à une bouche et à un cri implacable : une référence littérale à Not I. Par le biais de ce personnage instable, Lewis analyse des considérations sur la race, la paternité d’une œuvre, le genre et le deuil. • La chorégraphe américano-dominicaine Ligia Lewis était précédemment à l’affiche du Kaaitheater avec le deuxième volet de ce triptyque, minor matter, qu’on a pu voir durant WoWmen18.
    Lieu
    Kaaistudio's
    Rue Notre-Dame du Sommeil, 81
    1000 Bruxelles
    Tél : 02-201.59.59
    Réservation : 02-201.59.59
    info@kaaitheater.be
    http://www.kaaitheater.be